Maison des Compagnies

2017

La Maison des Compagnies est un espace destiné aux répétitions pour les compagnies de danse et de théâtre à Meyrin.

Mandat

Créer le logo, et l’identité visuelle de ce centre d’arts, ainsi que sa déclinaison en produits de merchandising.

Enjeu

Imaginer un logo et une identité propres à la Maison des Compagnies, en lien avec celui et celles de la Fondation meyrinoise du Casino, le propriétaire des lieux.

Conception et réalisation

Pour retranscrire dans l’identité visuelle de la Maison des Compagnies la vocation des lieux, dédiée aux arts de la scène et à la création, nous avons choisi d’utiliser des couleurs fortes et reconnaissables et la forme géométrique la plus simple, le rond, avec l’idée qu’il symbolise un contenant, comme une salle de spectacles.

La polyvalence de cette dernière – une salle de répétitions en l’occurrence – étant représentée par les différentes couleurs utilisées, comme autant de disciplines. Nous avons choisi une police de caractères très lisible, une typographie de type «signalétique», pour mettre le plus directement possible en valeur cet espace dédié aux arts de la scène, ouverts au plus grand nombre.

L’acronyme de la Maison des Compagnies – MDC – a été retravaillé pour devenir un logo: ce sont différentes parties de la graphie des trois lettres qui sont devenues les éléments constitutifs du logo. Celui-ci est comme «ouvert», et contient ainsi un mouvement, celui des arts représentés sur scène, qui emmènent et transportent les spectateurs.

Le logo de la Maison des Compagnies ainsi créé a permis de former la base d’un motif, graphiquement intéressant car déclinable à l’infini. Les éléments graphiques du logo, répartis ou rassemblés, permettent alors de marquer l’identité visuelle de la MDC sur l’ensemble des médias utilisés. Ce nouveau langage visuel, bâti sur la notion de mouvement, a ensuite été décliné sur les tous les supports de communication de la Maison (site Internet, merchandising, papeterie, etc.)

Le logo de la Maison des Compagnies ainsi créé a permis de former la base d’un motif, graphiquement intéressant car déclinable à l’infini.